Archives départementales du Pas-de-Calais

De Wikipasdecalais
Aller à : navigation, rechercher
Logo archives pas-de-calais.png

Origine et missions

Les Archives départementales du Pas-de-Calais conservent et communiquent la mémoire administrative de notre département.

Institution née de la Révolution française dans un esprit de transparence et d’instruction du peuple, les Archives départementales sont créées par décret du 7 messidor an II (25 juin 1794) pour accueillir les documents provenant des institutions de l’Ancien régime, des établissements ecclésiastiques supprimés ou des familles d’émigrés.

Depuis cette époque, les Archives départementales collectent, classent, conservent et communiquent les archives de l'administration départementale, des services déconcentrés de l'État et des organismes de droit privé avec mission de service public ayant leur siège dans le département, ainsi que les minutes et les répertoires des notaires (officiers ministériels) ; elles peuvent recevoir, en don, dépôt ou legs, les archives de personnes privées, d'associations ou d'entreprises.

Les sites des Archives du Pas-de-Calais

Elles sont réparties sur deux sites :

Le tour de stockage du centre Mahaut-d'Artois
La tour du centre Mahaut-d'Artois

Le centre Mahaut-d'Artois à Dainville accueille :

  • les fonds anciens (avant 1791), révolutionnaires (1790-1800) et modernes (1800-1940, principalement)
  • les minutes des notaires
  • les archives communales déposées
  • une partie des archives contemporaines (XXe siècle)
  • les archives d'origine privée
  • les collections iconographiques
  • la bibliothèque historique

Le centre Georges-Besnier à Arras accueille :

  • les registres paroissiaux et d'état civil
  • la presse périodique locale
  • les archives administratives postérieures à 1940.

Le centre Georges-Besnier à Arras. Les archives départementales étaient installées avant la guerre de 1914-1918 à Arras à l’angle nord du Palais Saint-Vaast, qui fut détruit par les bombardements et un incendie en 1915. Ce qui avait pu être sauvé fut déposé pour une partie dans l’ancien manège ouvert des brigades de gendarmerie d’Arras (boulevard Crespel) et pour l’autre partie dans un baraquement édifié dans le jardin de la maison du n° 12 place de la Préfecture. Plus tard, le département ayant acquis les immeubles 12 et 14 de la place de la Préfecture, on construisit un vaste bâtiment, achevée en 1925 (l'actuel centre Georges-Besnier). A l’époque, il s’agissait d’une construction moderne de trois étages utilisant pour sa structure le fer et le ciment armé. Le bâtiment servira de modèle au bâtiment d’archives de Loire-Inférieure.

Assez vaste à l’origine, il devint pourtant vite trop petit d’autant que dès sa création le sous-sol et le rez-de-chaussée avaient été mis à disposition du Service de reconstitution des régions libérées.

En 1939, un abri fortifié est aménagé au sous-sol du bâtiment pour y installer, en cas de bombardement, les services du cabinet de la préfecture, ce qui eut pour effet d’amputer la capacité du bâtiment de 1.000 mètres linéaires de rayonnage. Dès 1939, une extension des locaux est envisagée par la suppression des maisons canoniales du XVIe siècle en bordure de la place de la Préfecture permettant ainsi d’agrandir le bâtiment de quinze travées. Mais il faudra attendre le milieu des années 1970 pour finalement voir un agrandissement des bâtiments par la construction du dépôt de Dainville (actuel centre Mahaut-d'Artois).

En 1998, la salle de lecture d'Arras prend le nom de Georges Besnier, archiviste en chef de 1919 à 1951.

Aujourd’hui, les Archives départementales proposent la consultation en ligne de nombreux documents (près de deux millions d’images en 2011).

Les directeurs des Archives départementales

  • Lionel Gallois (en cours)
  • Jean-Éric Iung
  • Patrice Marcilloux (1997-2003)
  • Catherine Dhérent
  • Pierre Bougard (1949-1987)
  • Georges Besnier
  • Henri Loriquet (1879-1899)
  • Alexis Lavoine (nommé archiviste départemental par arrêté préfectoral du 22 janvier 1918, il succède à Pierre Flament (mort pour la France).
  • Pierre Flament

Sources

  • Rapport du conseil départemental, deuxième session ordinaire de 1943.

Lien interne

Lien externe