Monument-crypte aux résistants de Vitry-en-Artois

De Wikipasdecalais
Aller à : navigation, rechercher
Vitry-en-Artois monument-crypte

À Vitry-en-Artois, au Mont de Wediez, un monument-crypte rend hommage aux résistants décapités à Munich en 1944.

Repère historique

Le 28 novembre 1944, à Munich, neuf résistants étaient décapités à la hache : Louis Defontaine, René Grodecœur, Jules Jambard, Eugène Dumont, René Vaze, Léon Javelot, André Serrure, Pierre Seneuze et Émile Delefosse.

Ils appartenaient au mouvement de résistance Voix du Nord-réseau Centurie. Arrêtés lors de la grande rafle de la nuit du 13 au 14 septembre 1943 (20 arrestations)(par la GFP et le SD de Douai), déportés, condamnés à mort le 16 septembre 1944 après jugement par le « Volkgericht » en raison de participation aux équipes de parachutage du B.O.A.).

Les corps incinérés ne purent être identifiés individuellement et les cendres furent regroupées dans un monument-crypte.

Sept autres noms de résistants morts ou disparus dans les camps de concentration sont inscrits sur la pierre : Pierre Lesage, Daniel Lolivier, Arsène Mercier, André Mercier, Jean Soille, François Delattre, Hubert Hermant.

Ces déportés sont passés par les camps suivants : Esterwegen, Flossemburg, Grossrosen, Untermasfeld.

Le monument

Pour élever le monument, un comité d’érection a été autorisé par arrêté préfectoral du 5 mai 1949. Il était constitué du bureau de la section cantonale des forces françaises de l'intérieur.

Le monument est l'œuvre de l'architecte Oscar Pollet (Arras), il a coûté environ 500 000 francs.

Le transfert des cendres s'est fait le 8 octobre 1951 sous la présidence du général Larminat et du préfet du Pas-de-Calais. Le 4 février 1950, le général de Gaulle était venu saluer les cendres dans l'église de Vitry-en-Artois.

Galerie

Sources